19.4 C
Los Angeles
jeudi, octobre 6, 2022

Yves Wespisser : l’informatique verte, qu’est-ce que c’est ?

Traduite de l’espagnol Technologies vertes, l’informatique verte...

Où trouver un fournisseur de voiture de luxe en Pologne ?

Si vous souhaitez démarrer votre activité de...

Que voir lors d’un voyage à Concarneau ?

Labellisée "Ville et Pays d'Art et d'Histoire"...

Histoire des toitures françaises : de quoi étaient faits les toits d’autrefois ?

Immobilier - ConstructionHistoire des toitures françaises : de quoi étaient faits les toits d’autrefois ?

Pour toute construction, le toit est essentiel. En effet, qu’importe la destination du bâtiment, il assure une protection contre l’humidité et les intempéries. Cette couverture est supportée par une charpente, et elle a différentes propriétés : esthétique, étanchéité, résistance mécanique, écoulement des eaux de pluie et légèreté. Mais avant les toits d’aujourd’hui, d’autres types de toits existaient, et les voici.

Les matériaux de toit

Couvreur Bouguenais affirme qu’en France, pour la couverture des maisons et des bâtiments, on utilise diverses matières comme les ardoises, les tuiles, l’acier, les bardeaux d’asphalte ou de bois, la tôle ondulée, le fibrociment, le bitume, le zinc, le cuivre, le PVC, l’aluminium… La charpente est réalisée avec de l’acier, du bois ou du béton armé. Toutefois, ce sont des matériaux récents pour réaliser la couverture des maisons et des bâtiments. En effet, on a vu auparavant d’autres matériaux en France comme le bois traditionnel, la paille, le chaume, les lauzes, les tavaillons… Ces matériaux sont connus pour leur résistance. On a encore constaté des toits végétaux (chaume de riz, roseaux, palmes…), des toits en terre cuite, des toits en minéraux, des toits en métal (bronze et plomb)… Avant, le choix dépendait de la disponibilité des matériaux naturels, bruts ou transformés.

Les différentes formes de toit

toit france
Crédits : Pixabay

Suivant la région et l’architecture du bâtiment, le toit peut prendre plusieurs formes. Il y a le toit simple à plusieurs versants : un seul versant ou en appentis, à deux versants, à deux croupes ou à 4 versants ou en pavillon. Notons encore le toit arrondi que l’on appelle aussi dôme. La toiture à courbe et contre-courbe ou toiture à l’impériale peut être à section circulaire ou carrée et est surmontée ou non d’un lanterneau, d’une flèche ou autre élément décoratif. On trouve ce type de toit sur les bâtiments publics, les édifices religieuses ou les monuments civils.

Les toitures actuelles

Actuellement, le domaine de la toiture en France a grandement évolué grâce aux technologies et aux progrès quant aux moyens de transport. On remarque chez les particuliers que certaines toitures comme les toit-terrasses sont employés comme supports de panneaux solaires, de végétations ou de collecteurs d’eau de pluie. Certaines personnes les utilisent aussi pour avoir un espace de vie supplémentaire en transformant la terrasse en jardin. On trouve surtout le toit végétal dans les pays scandinaves, surtout en Allemagne. Notons encore le toit en pignon, le toit en pignon asymétrique, le toit mansardé, le toit plat… Toutefois, avant toute construction, il est préférable de se renseigner à la mairie, car certaines municipalités interdisent certains types de toits. À préciser que l’utilisation et le choix des matériaux ont conduit à la création de deux métiers : le couvreur et le charpentier.

Pour information, le toit se compose de plusieurs éléments. Il y a la pente du temps, l’avant-toit (la partie qui déborde et qui fait saillie hors du mur), la rive de toit (l’extrémité côté pignon), la noue (l’endroit liant deux pans formant un creux), l’arête (l’endroit liant deux pans formant une saillie), la croupe et queue de vache.

Check out our other content

Nos articles